Insuffisance rénale chronique chez le chat

  • 21 juillet 2013

Insuffisance rénale chronique

L’insuffisance rénale chronique chez le chat est une maladie très fréquente. Les causes primaires sont rarement connues. Elle est définie comme étant une destruction progressive de plus de 75% des néphrons sur une période de plusieurs mois ou années. Les reins perdent graduellement leur fonction d’excrétion et de régulation hydrique et électrolytique. La maladie affecte surtout les chats âgés, mais peut aussi s’en prendre à des chats aussi jeunes que 5 ou 6 ans.

Le diagnostic se pose la plupart du temps par une évaluation sanguine et une analyse d’urine. Une radiographie et/ou échographie des reins peuvent aussi être utiles.

Il existe 4 stades à la maladie; le stade 4 étant l’étape terminale où le rein n’arrive plus du tout à jouer son rôle et survient alors le choc urémique qui entraine inévitablement la mort de l’animal. Heureusement, si détectée dans les premiers stades, l’insuffisance rénale chronique peut évoluer plus lentement et faire en sorte que le chat puisse vivre plus longtemps que prévu, et, surtout, avec une qualité de vie très bonne.

Les signes cliniques varient selon le stade de la maladie. Le plus souvent on remarque une augmentation de la soif et de la production d’urine, une perte de poids, une baisse de l’appétit, des vomissements plus fréquents, une mauvaise haleine, des ulcères buccaux, une déshydratation, etc.

Lorsque le diagnostic est établi, le médecin vétérinaire vous recommandera des examens complémentaires tels :

  • Une prise de la pression artérielle
    80% des chats atteints d’IRC font de l’hypertension artérielle
  • Un test urinaire appelé ratio protéine/créatinine
    Permet de détecter la présence anormale de protéines dans l’urine
  • Une culture urinaire
    Détermine s’il y a une infection urinaire secondaire
  • Une évaluation de l’hormone thyroïdienne si votre chat est âgé de 6ans et plus

Il n’existe aucun traitement curatif à part la transplantation rénale. En règle générale, à la lumière de son investigation, le vétérinaire vous recommandera certains médicaments et une nourriture spéciale afin de tenter de stabiliser la condition :

  • Supplément d’acides gras essentiels Omega 3
    Aide à réduire la pression sanguine à l’intérieur du rein et le stress oxydatif relié à l’IRC
  • Supplément pré-probiotique pour soutient de la fonction rénale
    Aide à métaboliser les toxines urémiques, stimule l’appétit et la santé gastro-intestinale
  • Médication – Antagoniste du récepteur de l’angiotensine
    Réduit la pression sanguine à l’intérieur du rein et contrôle la perte de protéines
  • Fluidothérapie sous-cutanée à la maison
    Corrige la déshydratation reliée à l’IRC
  • Médication – Anti acide
    L’augmentation de l’urée dans le sang peut provoquer une hyperacidité dans l’estomac
  • Médication – Stimulant d’appétit
    Afin de maintenir une prise alimentaire constante, un stimulant peut être utilisé au besoin
  • Supplément de potassium
    Une diminution du potassium sanguin est souvent une conséquence de la maladie
  • Chélateur de phosphore
    Utilisé lorsque le taux de phosphore sanguin est anormalement élevé
  • Médication – Hypotenseur
    Utile si une augmentation de la pression sanguine est détectée

Chez un patient en crise urémique (stades avancés), une hospitalisation avec fluidothérapie intraveineuse et des traitements de soutien sont recommandés. Malheureusement, cette manifestation clinique inspire une grande crainte pour la vie de l’animal et le pronostic en sera très assombri.

Les recommandations alimentaires sont les suivantes :

  • Diète gériatrique pour les stades 1 et 2a
  • Diète contrôlée en protéines ayant une teneur modérée en phosphore et magnésium pour les stades 2b, 3 et 4

Le suivi médical de l’insuffisance rénale :

  • Un examen physique aux 6 mois si l’état de l’animal est bon
  • Un bilan sanguin aux 4 à 6 mois
  • Une urologie aux 6 mois selon le cas
  • Une évaluation de la pression artérielle aux 6 mois minimum

Le pronostic dépend du stade de la maladie et de la sévérité des signes cliniques. À court terme il est généralement bon, réservé à moyen terme et pauvre à long terme puisque cette maladie est progressive. Toutefois, n’oublions pas que le dépistage précoce permet à une majorité de chats de mener une vie normale pendant plusieurs mois ou années si les recommandations de votre vétérinaire sont bien respectées.



Nous joindre

Si vous avez des questions ou des préoccupations au sujet de votre animal, n'hésitez pas à communiquer avec notre équipe!

Heures d'ouvertures

Lundi au vendredi: 8h30 à 20h
Samedi: 9h30 à 13h
Dimanche: Fermé